Boris Karloff dans Dick Tracy Contre le Gang

Boris Karloff dans Dick Tracy Contre le Gang

Synopsis :

Dick Tracy enquête sur un gang utilisant un gaz paralysant inconnu pour braquer des banques. Le célèbre détective n’a que peu de temps pour résoudre cette énigme avant que la presse ne s’empare du sujet et ne panique la population.

Critique :

14 février 1929. Le massacre de la Saint-Valentin ensanglante la ville de Chicago. Cet événement marque la fin de la guerre des gangs et la riposte des forces de l’ordre contre le crime organisé. Les gangsters ne sont plus les héros romantiques d’autrefois. La presse se fait les gorges chaudes de leurs exactions et louent le travail des forces de l’ordre. Les Incorruptibles frappent aux quatre coins de la ville. C’est durant cette même période que Chester Gould, illustrateur, fait ses premières armes avant de créer en 1931 le personnage emblématique de Dick Tracy. Si ce dernier connait immédiatement un immense succès, succès qui ne s’est d’ailleurs jamais démenti, c’est que son créateur a su en faire le reflet de la police d’alors avec toutes les évolutions des techniques d’enquêtes que cela impliquent. Ainsi, Dick Tracy n’hésite pas à faire appel à la science, à des gadgets et au raisonnement. Nous sommes néanmoins loin des élucidations d’énigmes à la Sherlock Holmes, les aventures de Tracy se terminant généralement par une bonne vieille fusillade. La série prendre fin en 1977 !

Dick Tracy ne pouvait échapper à la télévision et au cinéma. Ainsi, dès 1937, Republic Pictures lance sur les écrans 15 épisodes inspirés des enquêtes du célèbre détective. Suivront Dick Tracy’s Return, Dick Tracy’s G-Men et Dick Tracy’s vs Crime, chaque serial étant divisé en quinze chapitres. Si Morgan Conway (La Vie Aventureuse de Jack London) l’incarna à deux reprises, c’est Ralph Byrd qui sera associé pour l’éternité à Dick Tracy. Entre serials, films et séries télévisées, l’acteur sera son incarnation vivante pas moins de 102 fois.

Au cinéma, c’est la RKO qui s’empare du personnage pour une série de quatre films réalisés par William Berke (Trahison Japonaise), Gordon Douglas (La Grande Menace) et par deux fois John Rawlins (La Voix de la Terreur). Réalisateur ayant débuté comme monteur, Gordon Douglas aura, au cours de sa carrière, dirigé Jason Robards Sr. (Desperate), Lon Chaney Jr. (La Peur au Ventre), Basil Rathbone (La Femme en Vert), Nigel Bruce, Sabu (Les Mille et Une Nuits), Steve Cochran (L’Enfer est à Lui)… Le directeur de la photographie Frank Redman (Cour Criminelle), tout sauf un néophyte de l’univers de Dick Tracy – il a travaillé sur trois des quatre titres cinématographiques – et le célèbre monteur Elmo Williams (20.000 Lieues sous les Mers) qui se verra récompensé d’un Oscar pour son travail sur Le Train Sifflera Trois Fois, se joignent à l’équipe technique.

Quatrième et dernier film de la franchise version années ’40, Dick Tracy contre le Gang s’appuie sur un scénario signé Robertson White (La Croisière Meurtrière) prenant appui sur la peur d’une résurgence des drames du krach boursier de 1929. Et pourtant, loin de toute tragédie, le réalisateur fait le choix de proposer aux spectateurs un pur divertissement. Ici, tout est pris à la légère. A l’exception de Gruesome, « Affreux » en version française, les différents personnages semblent beaucoup s’amuser des diverses situations auxquelles ils sont confrontés. Fusillade, braquage, meurtre et autres joyeusetés sont gérés avec le sourire par les divers protagonistes, sans pression aucune. Et John Rawlins de réussir la gageure de ne pas rendre l’ensemble ridicule. Au contraire, le résultat final s’avère hautement sympathique. Il se fend même d’un private joke lorsque l’un des flics décrit son agresseur comme ressemblant au Frankenstein de Boris Karloff. Ce qui tombe bien, puisqu’il s’agit effectivement de Boris Karloff. Mais le réalisateur n’en oublie pas pour autant son matériau de base. Là encore, Tracy fait appel à la science car en butte à des connaissances qui le dépassent et qui l’aide dans ses déductions avant de faire le coup de feu contre les malfrats. Le contrat est rempli !

Dick Tracy contre le Gang est l’occasion pour Ralph Byrd (Le Livre de la Jungle) d’incarner une dernière fois le détective au cinéma avant de passer par la case télévision. On le sent à l’aise, bien installé dans son rôle. Pour collègue, on lui adjoint Lyle Latell, un habitué du film noir vu dans Il Marchait dans la Nuit ou bien Règlement de Comptes. Il est le rigolo de service, même si ici Tracy ne donne pas sa part au lion. Face à lui, un Boris Karloff (Vendredi 13, Le Corbeau) fidèle à lui-même. Ombrageux, terrifiant, on le dirait tout droit sorti d’un film d’horreur. Cette sériosité est contrebalancée par son joyeux acolyte Melody incarné par Tony Barrett (Du Plomb pour l’Inspecteur).

De l’action, de l’humour, du frisson, un soupçon de fantastique, telle est la recette de John Rawlins pour divertir un public qui en redemande. Dick Tracy contre le Crime est une sympathique et inoffensive série B qui fait le job.

Edition dvd :

L’édition dvd de Dick Tracy contre le Gang s’apparente à une véritable catastrophe tant la copie est endommagée. Rayures, déchirures, images tremblotantes, sautes d’images, tout y passe. Malgré tout, le spectacle proposé est suffisamment agréable pour que le spectateur fasse fi de ces désagréments. La bande-son, uniquement proposée en version originale sous-titrée en français, s’avère claire mais plate.

Aucun supplément à l’horizon.

Fiche technique :

  • Réalisation : John Rawlins
  • Scénario : Robertson White et Eric Taylor, d’après une histoire de William H. Graffis et Robert E. Kent
  • Musique : Paul Sawtell
  • Photo : Frank Redman
  • Montage : Elmo Williams
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Film policier
  • Durée : 65 minutes
close

Bienvenue Noiristas !

Inscrivez-vous vite pour recevoir les prochains articles à paraître chaque semaine

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 thoughts on “Boris Karloff dans Dick Tracy Contre le Gang

  1. Je l’ai celui-ci, mais encore sous blister, et sans doute dans la même copie déplorable (acheté pour pas cher chez un soldeur). Ton article me rassure sur la qualité néanmoins du divertissement. Je pense que je me ferai une virée chez Dick Tracy le temps d’une soirée détente.
    Merci du conseil. 🙏

    1. Ces shows sont éminemment sympathiques sans jamais chercher à transcender le genre. Tu verras, tu passeras un très bon moment dès que tu te seras habitué à la « qualité » des dvd. Je les ai eu pour 0.90 cts sur Rakuten. Ca les vaut largement !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :