Archives de
Catégorie : classique

The Chase par Bosley Crowther

The Chase par Bosley Crowther

18 novembre 1946. Un jour de plus sous la neige pour le Passant Cinéphile. Un jour de plus à hanter les salles du Globe. Et quoi de mieux que The Chase dont une partie de l’intrigue se déroule sous le soleil de La Havane. D’autant plus que Bosley Crowther n’a pas aimé. Et ça, c’est l’argument béton pour tenter le coup.

Kiss the Blood off My Hands by T.M.P.

Kiss the Blood off My Hands by T.M.P.

30 octobre 1948. Burt Lancaster et Joan Fontaine sont réunis à l’écran un film noir lorgnant sur la romance, Kiss the Blood off my Hands. L’occasion pour le passant cinéphile de voir si la star masculine a réussi à passer un cap. Et si Joan Fontaine est toujours aussi belle.

The Black Book par A.W.

The Black Book par A.W.

17 octobre 1949. La curiosité du passant cinéphile est titillée par The Black Book, film noir au temps de la Révolution Française. D’autant plus que son traitement semble flirter avec celui du western, genre qu’il adore. Direction donc le Globe voir si quelques têtes vont tomber.

The Big Heat by Bosley Crowther

The Big Heat by Bosley Crowther

15 octobre 1953. Le fait que Bosley Crowther aime un film est suffisamment rare pour que l’on se penche sérieusement sur le long métrage. Notre passant cinéphile entre donc confiant dans la salle du Criterion pour découvrir le dernier Fritz Lang, The Big Heat.

The Glass Key par T.S.

The Glass Key par T.S.

15 octobre 1942. L’Europe est en pleine guerre. Les Etats-Unis ont pris part au conflit mondial. Il est temps de se divertir et d’oublier cet enfer. Mais quel film choisir se demande le Passant Cinéphile ? The Glass Key ? Voyons ce qu’en dit T.S. dans les colonnes du New York Times.

To Have and Have Not by Bosley Crowther

To Have and Have Not by Bosley Crowther

12 octobre 1944. Humphrey Bogart prend conscience du monde qui l’entoure et prend fait et cause pour le camp du bien dans To Have and Have Not d’Howard Hawks. Le passant cinéphile, fan de Boggie devant l’Eternel, ne peut laisser passer cette occasion. Et puis il y a The Look…