Le Fauve en Liberté (Kiss Tomorrow Goodbye)

Le Fauve en Liberté (Kiss Tomorrow Goodbye)

Synopsis : Ralph Cotter s’échappe du bagne où il est emprisonné avec l’aide d’un co-détenu qu’il abat au cours de l’évasion. Récupéré en voiture par la sœur de ce dernier, Holiday, et un complice, il ne tarde pas à reprendre ses « affaires » tout en prenant pour maîtresse Holyday. Après le braquage d’un supermarché, il voit son butin lui être dérobé par deux policiers corrompus. Il imagine alors un moyen de se venger.

Critique : Gordon Douglas fort d’une carrière de réalisateur de 40 ans aura touché à tous les genres. Western, Film Noir, aventures, science-fiction, il connaîtra son heure de gloire avec le culte Des Monstres Attaquent la Ville (Them!). Pour la petite histoire, il fera l’acteur au début de sa carrière et croisera la route de Laurel et Hardy lors de quatre tournages de courts métrages (Quand les Poules Rentrent au Bercail, Toute la Vérité, Laurel et Hardy Campeurs et Les Deux Légionnaires).

Le scénario de Harry Brown, d’après le roman Adieu la Vie… Adieu l’Amour (Kiss Tomorrow Goodbye) de Horace McCoy, nous raconte l’histoire d’un homme violent dans un monde tout aussi violent. Les gangsters n’ont aucun sens de l’honneur, n’hésitant pas à se vendre les uns les autres, les policiers sont corrompus, les avocats se reconvertissent en pseudo philosophes ou en donneurs de leçons alors qu’ils représentaient jusqu’alors la pègre… Les femmes ne sont pas en reste et se laissent pervertir par le Mal par attrait pour l’argent, vengeance ou défi. La réalisation de Douglas est alerte même s’il est à déplorer une perte de rythme au court du récit. L’évasion en début de métrage est exemplaire à plus d’un point. Suspense, violence fulgurante, rythme, tout y est. La fin de Cagney est également un grand moment dramatique. Le film souffre cependant de la comparaison avec L’Enfer est à Lui (White Heat) réalisé l’année précédente par Raoul Walsh.

Produit par James Cagney, Un Fauve en Liberté est le film permettant à la star de tirer sa révérence au Film Noir. Il jouera bien sûr dans d’autres films mais n’interprétera plus de gangster sans foi ni loi. A la vision de ce film, on se rend compte à quel point Gordon Douglas a pu lui laisser la bride sur le cou. James Cagney a tout le loisir de donner libre court à son génie. Tour à tour charmant, violent, paranoïaque, fou, James Cagney habite son rôle avec force éclipsant tout le casting à l’exception de Ward Bond encore une fois parfait dans le rôle du flic corrompu. Le reste du casting, pas mauvais en soi, se voit reléguer au second plan tant les deux hommes sont talentueux.

Un Fauve en Liberté, malgré quelques défauts notables, est un bon film qui se laisse voir sans déplaisir et surtout nous prouve, s’il en était encore besoin, à quel point James Cagney était un grand acteur.

Edition dvd :

Encore une fois, Sidonis Calysta nous permet de découvrir le film dans des conditions quasi optimales. La copie est nette à l’exception de quelques tâches éparses absolument pas dérangeantes. Le son est clair et sans souffle. A noter le passage en VO sur deux lignes de dialogues. VO et VF au choix.

Côté bonus, nous retrouvons les présentations de Bertrand Tavernier et de François Guérif ainsi qu’une bande-annonce.

Le film est disponible en dvd ici

Fiche Technique :

  • Réalisateur : Gordon Douglas
  • Scénario : Harry Brown
  • Montage : Walter Hannemann et Truman K. Wood
  • Musique : Carmen Dragon et William Lava
  • Pays d’origine : Etats-Unis
  • Genre : Film Noir
  • Durée : 102 mn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :