Les femmes dans le film noir et vous !

Les femmes dans le film noir et vous !

Le Film Noir et ses codes. S’il en est un qui marque durablement les esprits, c’est bien la femme fatale. Personnage quasiment incontournable, elle est par qui le malheur semble arriver. On lui oppose très régulièrement l’épouse bien sous tout rapport du mâle alpha. Quand il y en a une. Mais quelle est la place réellement occupée par la femme au sein du genre ?

Il y a peu, j’ai regardé Les Mains qui Tuent (Phantom Lady) et me suis fendu d’un article que vous pouvez retrouver ici. Dans le même temps, j’ai dévoré le roman éponyme de Cornell Woolrich signé sous le pseudonyme William Irish. Si dans la version littéraire de Phantom Lady le rôle de Carole Richman passait au second plan au profit du personnage masculin de Lombard, Robert Siodmak choisit, lui, de donner le premier rôle à celle qu’Irish nommait La Demoiselle. Chez le réalisateur, la désormais surnommée « Kansas », magnifiquement interprétée par Ella Raines, mène la danse et en remontre aux hommes pour finalement se confronter au véritable tueur et ainsi prouver son indéfectible amour pour son patron.

Seulement tout n’est pas aussi simple au royaume du film noir. Deux visions de la femme s’y confrontent. Ou le Bien et le Mal, si vous préférez.

D’un côté, la femme au foyer, mariée au héros ou tout au moins attirée par lui. Suivant sa condition, elle jouit de la stabilité que lui offre son foyer ou recherche cette même stabilité. Elle peut travailler ou simplement demeurer à la maison, elle est en tout cas entièrement dévouée à son homme (Réglements de Comptes). Elle le conseille, le soutient mais reste dépendante de ce dernier (Panique dans la Rue). Rarement, elle sortira de son train-train quotidien pour assister son mari ou son amant voire même le tirer d’un mauvais pas (Les Mains qui Tuent, donc).

D’un autre côté, se dresse la figure de la femme fatale. Elle peut être seule ou accompagnée voire mariée mais reste farouchement indépendante. Elle n’a qu’un seul but, parvenir à ses fins. Et si pour cela, elle doit manipuler, mentir, charmer ceux qui peuvent servir ses desseins ou se débarrasser des gêneurs, quels qu’ils soient, elle n’hésitera pas. Mais finalement, c’est son indépendance financière, le nerf de la guerre, qui l’intéresse le plus (Assurance sur la Mort). On la dit vénale. Mais l’est-elle vraiment ? Car après tout, ne veut-elle pas qu’être l’égale des hommes ? C’est un personnage fort, apprécié du public. Et qui, au contraire de sa concurrente, a traversé les décennies.

Alors d’où vient cette femme aussi, voire bien plus forte, que les hommes ? Digne héritière de la déesse sumérienne Ishtar, elle naît, dans sa version américaine, au cours de la seconde guerre mondiale durant laquelle les femmes participent activement à l’effort de guerre et, de fait, s’émancipent. Elle profite également de la première vague féministe, débutée en 1885 et se terminant en 1945. La littérature, via Dashiell Hammett et Raymond Chandler, les met au début des années ’30 à l’honneur avant que le grand écran ne les matérialise sous les traits des plus belles actrices du moment. Car la femme fatale se doit d’être belle et désirable. Son corps est une arme, tout comme sa sexualité. Ce même corps qu’habillent des toilettes mettant en valeur leurs formes comme autant d’hameçon. On est loin de la praticité des habits portés par nos ménagères. Mais doit-on pour autant la considérer comme une féministe ? J’aurais tendance à répondre par la positive pour les raisons que j’ai donné plus haut.

Appartenant à de nombreux groupes consacrés au film noir sur Facebook, j’ai posé la question aux membres. Voici quelques unes des réponses qui m’ont été faites.

« I’ve always thought of classic film noir as largely having an atypical feminist flare for its time. A lot of pieces from the period do fall prey to classic film stereotypes of women, but a lot of them also portray women as having their own agency, and being much more 3-Dimensional than many classic Hollywood films of the era. The femme fatale archetype alone is an example of film noir taking women much more seriously than Hollywood had otherwise done at the time. » By Dan RG on Film Noir Addicts Anonymous Facebook group.

« Yes I have often felt noir femme fatales are essentially proto feminists. It is a genre rife with casual misogyny so it is not acknowledged as much. The strong, independent woman who loves herself more than any man could is the modern feminist ideal. She uses sex as a weapon and refuses to apologize for it. It ties in with modern feminist concept of a woman being more comfortable with her desires. However the chief difference is feminists see this as perfection while mostly male authors of the genre personify her as the slow corrupter of the soul. Noir at its core is a male power fantasy so the femme fatale stereotype is often cruel enough to become a misandrist, hence probably not a thing to aspire to be for anyone but the most dedicated feminists. » By Aditya Chaudhuri on Classic Film Noir (1940 – 1958) Facebook group.

« The 40s were a time that saw women move into work places due to the war effort that were considered male before the war. Also, many of the noir directors were progressive Europeans with a different understanding of gender (think Bauhaus). At the same time Noir reflects the feeling that society (and gender rules) is threatened and under attack. Men often seem to sleepwalk through an apocalyptic surrounding, torn between the femme fatale and the woman that could save them (Out of the Past). So yes, there is a feminist aspect, but it only lasted until the women were pushed back into the home in the 50s, when men claimed back their place in society and work. » By Dagmar Whyld on Classic Film Noir Lovers Facebook group.

« One of the staples of 30s and 40s crime films is the female who wants to help the male but winds up in dire straits and needs the man to save her. Ms. Raines broke that mold. She was a strong independent woman in Tall In The Saddle, (not noir also made in ’44. Impact (1949) she played a war widow who she ran the home, and the family garage as well. In the noir adjacent The Strange Affair of Uncle Henry. She’s a business woman who flourishes in a man’s world and makes it obvious she wantsHarry. In The Reckless Moments Joan Bennett’s husband was a contractor in post-war Europe and she ran the home having to contend with two teens, blackmailers and care for her elderly husband.You want a proto-feminists? Check out Geraldine Brooks in the same movie.As for avant-garde? I don’t think so. Let me know when in history women did not use her sex to get what she wanted. What the above roles did was to break from the 30s and 40s films which was a staple of the pulp fiction and dime novels the proliferated. IMO, that was the femme fatales biggest contribution to film noir. No more calling the woman in distress by cute names, Ms. Raines nick name in The Phantom Lady given to her by the helpless male boss was « Kansas ». A member mentioned sex as a weapon. I see it rather as a tool a woman , ‘weapon’ has a pejorative feel to it, a sense of intimidation. If there’s a proto-feminist (not sure what that means) but it’s not Kitty or Phyliss Dietrich but rather Joan Bennett in The Reckless Moment, Ella Raines in The Phantom Lady and especially Impact. I’ve enclosed links to two of the movies I’ve done reviews. » By Robert Praino on Classic Film Noir (1940 – 1958) Facebook group.

« I am not sufficiently academic to answer what is a very interesting question but I have always regarded the femme fatale of film noir as someone who emasculates the male protagonist in order to assert her independence For example Barbara Stanwyck in Double Indemnity wants to assert her independence from her boring husband by enlisting Fred MacMurray to murder him. So besotted is MacMurray that he complied and is weakened in the process when he thought that he was seducing her with his masculinity. Similarly with The Postman always Rings Twice« . By John Allison on Le Film Noir Facebook Group.

« My lone response for now is that film noir wasn’t avant garde, it was usually low-budget, small studio fare; clearly not always. Noir was fate, not intellect propelled, and was film that aimed to stylistically portray the dark side of post WWII America. Film noir described an America that all Americans could recognize. Avante garde appealed to and was made for a much more narrow, already clued-in, ad hoc audience« . By Brad Baylor on Classic Film Noir (1940 – 1958) Facebook Group.

« As a filmmaker and film professor, I’m torn giving this answer. In scholarship, production methods or budget realities are often not considered while the results of the film are attributed primarily to the director and/or writer. So as a scholar, the decision to elevate the female character is intentional as subtext and therefore essential to the significance of the film, making it a feminist device. But as an experienced filmmaker: When you have access to the tools of filmmaking, but limited budget, time and even often without a box office draw (star), you get creative: You find new angles. You promote new ideas. You incorporate interesting aspects, like making a powerful woman central to the story where that is not often done in respect to your « crime film. » So, in that view, this development is pragmatic versus being a feminist stance » by JD Wood on Classic Film Noir (1940 – 1958) Facebook group.

Il semblerait que la plus grande majorité y voit effectivement l’expression d’un certain féminisme, même s’il y a débat sur l’utilisation ou non de la sexualité comme arme. Cette précocité est d’autant plus surprenante qu’Hollywood n’a pas conservé le cap qu’il s’était fixé en ce début des années ’40, entre autres, par le film noir. Dans les décennies qui ont suivies, la femme fatale disparaît quasiment des écrans avant de connaître un retour en grâce (garce) dans les années ’90 avec notamment Last Seduction et sa terrible Bridget Gregory ou Catherine Tramell dans Basic Instinct. Pour quelles raisons ? Certains arguent le retour au foyer des hommes après des années de guerre (second conflit mondial et Corée), reléguant de nouveau leurs épouses aux travaux ménagers. Il faut également prendre en considération que très vite le polar a quitté le « cercle familial » pour s’exporter dans les arcanes de l’Administration et de la Politique.

Et vous, quel est votre rapport avec les femmes dans le film noir ? Toutes vos réponses sont les bienvenues dans la section commentaires.

Pour terminer cet article, je vous propose de choisir votre femme fatale préférée parmi une sélection issue de la période dite classique du film noir. A vos votes !

Quelle est votre femme fatale préférée (période classique) ?

close

Bienvenue Noiristas !

Inscrivez-vous vite pour recevoir les prochains articles à paraître chaque semaine

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 thoughts on “Les femmes dans le film noir et vous !

  1. J’ai hésité entre Ava Gardner et Kim Novak, mais comme j’ai vu « les Tueurs » il y a peu, sa superbe prestation me reste encore bien en mémoire.

    Quel formidable article tu nous offres là, qui redonne à ces actrices leur juste place dans tous ces classiques du Film Noir. Même si peu d’entre elles parviennent à prendre le pouvoir, elles jouent un rôle majeur. On pourrait ajouter la formidable « Mildred Pierce ».
    On pourrait faire le même constat dans le western bien que certaines aient pu prendre les rennes à de rares exceptions : Barbara Stanwyck dans « Forty guns », Marlene Dietrich au « Rancho Notorious » et la formidable Joan Crawford et son « Johnny Guitare ».

    1. J’aurais pu autoriser les lecteurs à rajouter les femmes fatales que j’ai omis plus ou moins sciemment. Mais voilà ! Mes capacités en informatique sont encore sacrément limitées. L’oubli de Mildred Pierce est un petit peu impardonnable. Ce pourrait être très sympa effectivement dans le western. Je réfléchis au néo-noir actuellement. Si j’ai le temps. Je réduis dès cette semaine à une publication par semaine et ce jusqu’en septembre, « vacances » et déménagement oblige.

  2. La femme fatale en noir et blanc que je préfère est certainement Gene Tierney. « I shall never forget the week-end Laura died »… Un péché mortel ? M’en fous, le ciel peut attendre… Sinon, je me damnerais aussi pour Anne Baxter, la femme au gardénia souvent sur le fil du rasoir… Et je ne parle même pas de la féline Simone Simon, « astre noir versant la lumière et le bonheur » pour qui je traverserais les enfers (comme Maciste). N’a-t-elle pas fait de Gabin, une « bête humaine » ?

    1. La liste est longue, tellement longue… J’ai toujours considéré Laura comme une victime de sa condition, une vraie fausse femme fatale. Marrant que tu cites Simone Simon, je la cite pour mon article sur Les Griffes de la Peur à paraître mercredi.

    2. « N’a-t-elle pas fait de Gabin une « bête humaine » ? » comme c’est joliment trouvé. La panthère Simone est vraiment une croqueuse d’homme !
      Je m’inscris dans ton sillage pour faire de « Laura » une des plus belle toile du genre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :