MI5 Demande Protection (The Deadly Affair)

MI5 Demande Protection (The Deadly Affair)

Synopsis :

Charles Dobbs, agent du MI5, enquête sur le suicide d’un haut fonctionnaire qu’il venait d’interroger sur ses accointances de jeunesse avec le parti communiste.

Critique :

John Le Carré n’est plus. Né en 1931 dans une petite ville côtière du sud de l’Angleterre, il aura connu une vie dont Hollywood se délecte avec au programme enfance malheureuse, mère absente, père tyrannique, études à l’étranger, engagement auprès du Foreign Office et finalement recrutement par le SIS (Service Intelligence Service). C’est durant cette période qu’il écrit son premier roman, L’Appel du Mort, avant que son travail d’espion ne soit percé à jour par une taupe infiltrée au sein du MI5. Par la force des choses, John Le Carré se tourne alors définitivement vers l’écriture et publiera pas moins de 25 romans au cours de sa carrière. 10 de ses œuvres seront adaptées au le cinéma dont L’Espion qui Venait du Froid de Martin Ritt (L’Homme qui Tua la Peur) avec Richard Burton et MI5 Demande Protection de Sidney Lumet qui nous intéresse aujourd’hui.

Harriet Andersson assise sur son lit discute avec son mari James Mason dans leur chambre

Sidney Lumet, ici producteur et réalisateur, désireux d’adapter Le Carré, jette son dévolu sur L’Appel du Mort et confie l’écriture du scénario à Paul Dehn, compatriote anglais de l’auteur. Qui mieux que ce dernier pouvait se charger de ce travail ? Lui qui, durant la seconde guerre mondiale, a servi au sein de la Special Training School n°103 lieu de formation des espions britanniques, avant d’être missionné en France et en Norvège. Nous ne reviendrons pas sur la carrière de Sidney Lumet tant sa filmographie, réellement engagée, recèle de véritables trésors (12 Hommes en Colère, Serpico, Equus…) et témoigne d’une certaine constance en terme de qualité. Même si MI5 Demande Protection n’est pas le film le plus connu du réalisateur, il n’en demeure pas moins un film d’espionnage intéressant mâtiné de film noir aux antipodes des productions américaines de l’époque.

Simone Signoret, veuve éplorée

John Le Carré, et par extension les réalisateurs qui l’adaptent, s’attache à démontrer que le monde de l’espionnage se situe en fait aux antipodes de celui décrit, depuis ’62 et James Bond contre Docteur No, par la saga du célèbre 007. Loin de tout romantisme, Sidney Lumet nous présente un espion vieillissant, fatigué, qui semble souffrir d’impuissance et dont l’épouse assouvit ses besoins sexuels dans les bras d’inconnus ou, pire, de proches de son mari. Nous sommes loin de la tout-puissance machiste incarné à l’écran par Sean Connery ou le charme so british d’un Michael Caine (Ipcress, Danger Immédiat). Leur cadre de vie est également bien différent. Exit les plages de sable fin, les hôtels luxueux. Place à de petits appartements tristes, mornes, des ruelles sombres et sales, des bistrots malfamés fréquentés par la lie de la société. Autant de raisons qui peuvent justifier la trahison, le passage à l’ennemi de certains fonctionnaires de l’État, tant ce dernier semble avoir peu de cas pour ses employés. C’est dans cette peinture peu glorieuse du métier d’espion que le film gagne à être connu.

Un policier passe à tabac un suspect qui lui a menti

S’appuyant sur un scénario finalement classique, qui ne fait qu’empiler les lieux communs du film d’espionnage, Sidney Lumet va nous livrer un spectacle semblant gagné par la morosité ambiante. L’intrigue est tortueuse à souhait avec fausses pistes et retournements de situation. C’est ce que l’on attend de ce genre de spectacle. Mais justement de spectacle, il n’y en a pas. Lumet semble emprunté, hésitant sur la direction à suivre. Le spectateur aussi est circonspect tant des éléments subtilement comiques, et peut-être involontaires, viennent faire retomber des situations dramatiques pourtant bien amenées. Finalement, l’ensemble du projet semble traîner des pieds, comme écrasé de tristesse. Mais ces remarques valent-elles dans le cas de MI5 Demande Protection tant Lumet souhaite tourner le dos à 007 et son sex-appeal. Parce que le réalisateur réussit de très belles scènes comme celle de la rencontre entre James Mason et la veuve du « suicidé » incarnée par Simone Signoret. Il parvient à saisir l’essence même de la solitude et l’abandon par les services de l’État des familles de leurs agents décédés. Et de rendre un hommage appuyé à Alfred Hitchock avec cette scène dans un théâtre où un meurtre est commis en corrélation avec ce qui se passe sur les planches renvoyant à L’Homme qui en Savait Trop et son crime orchestré à grand renfort de cymbales.

Maximilian Schell tue Simone Signoret au théâtre

Pour MI5 Demande Protection, Sidney Lumet s’appuie sur un casting de tout premier ordre. James Mason (La Mort aux Trousses) en espion vieillissant sur qui repose, à son échelon, la stabilité mondiale mais qui doit faire en même temps face à l’instabilité de son propre couple, est parfait. Quant à Simone Signoret (La Veuve Couderc), elle n’a besoin que d’une seule scène pour laisser éclater son talent, scène qui reste durablement dans les esprits. Même les seconds couteaux sont parfaitement dirigés et donnent à l’ensemble une atmosphère crédible au film. On pense notamment à Harry Andrews (Le Grand Sommeil) idéal détective à la retraite épaulant notre espion.

Les deux espions se font face-à-face sous la pluie

Vous l’aurez compris. MI5 Demande Protection n’est pas un film d’espionnage comme les autres. Sidney Lumet s’attache plus à ses personnages qu’à une enquête qui devient ici accessoire d’une dénonciation d’un monde ressemblant plus à un panier de crabes qu’à autre chose.

Edition dvd :

Menu du dvd MI5 Demande Protection (The Deadly Affair)

Encore une belle édition à mettre au crédit de Sidonis Calysta. Le master est exempt de tous défaut, le niveau de détail est assez élevé et met parfaitement en valeur le travail du directeur de la photographie, Freddie Young. Les deux pistes sonores sont elles parfaites.

En terme de bonus, nous avons droit aux présentations du film par Bertrand Tavernier, François Guérif et Patrick Brion.

MI5 Demande Protection est disponible en dvd ici.

Fiche technique :

  • Réalisation : Sidney Lumet
  • Scénario : Paul Dehn, d’après le roman L’Appel du mort de John le Carré
  • Production : Sidney Lumet et Denis O’Dell
  • Musique : Quincy Jones
  • Photographie : Freddie Young
  • Montage : Thelma Connell
  • Pays : Royaume-Uni
  • Genre : Film d’espionnage, Néo-noir
  • Durée : 115 minutes

2 thoughts on “MI5 Demande Protection (The Deadly Affair)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :