Secrets de Famille (Keeping Mum)

Secrets de Famille (Keeping Mum)

Synopsis :

La famille Goodfellow est en pleine déliquescence entre un père pasteur incapable de gérer son temps, une mère engluée dans une aventure extra conjugale, une fille nymphomane et un fils harcelé par ses camarades de classe. Survient alors une nouvelle gouvernante bien décidée à redresser la situation quitte à se débarrasser des importuns.

Critique :

Né en 1949 à Johnstown dans l’Etat de New-York, Richard Russo commence sa carrière de scénariste pour la télévision avec la série Monsters. En parallèle, il travaille à son premier roman qu’il publiera en 1993, Un Homme Presque Parfait, adapté au cinéma l’année suivante par Robert Benton avec Paul Newman. Neuf autres ouvrages suivront et il se verra récompensé par le Prix Pulitzer de la Fiction en 2002 pour Le Déclin de l’Empire Whiting. En 2005, il signe les scénarios de deux comédies noires, Faux Amis réalisé par Harold Ramis avec John Cusack et Billy Bob Thornton et Secrets de Famille. Pour ce dernier, il travaillera de concert avec Niall Johnson qui, encore une fois, passera derrière la caméra pour adapter l’un de ses scripts après Libre Echange ou encore The Ghost of Greville Lodge.

Dans sa forme, Secrets de Famille nous rappelle aux bons souvenirs des épisodes délicieusement caustiques de la série Alfred Hitchcock Presents. On pense notamment à un épisode en particulier, L’Inspecteur se Met à Table, où Barbara Bel Geddes (figure du film noir s’il en est) tuait son policier de mari d’un coup de gigot d’agneau.

Ici, c’est Maggie Smith, espiègle gouvernante apparaissant comme par enchantement dans la petite bourgade anglaise telle une Mary Poppins, qui rend sa « justice » à grands coups d’objets du quotidien. Le chien trop bruyant du voisin de la famille où elle officie disparaît subitement, son maître prend un coup de pelle, l’amant de la maîtresse de maison deux coups de fer à repasser. Tout ce beau monde finira dans l’étang de la propriété. Ils seront bientôt rejoint par deux ouvriers communaux venus vider l’étang pour le nettoyer après le départ de notre Mary Poppins meurtrière. En effet, sa fille (eh oui! Kristin Scott Thomas est sa fille) prend le relais de ce qui semble devenir une habitude au sein de la famille Goodfellow. D’autres connaîtront un destin moins funeste comme ces jeunes harceleurs qui finiront par chuter lourdement après que les freins de leur vélo aient été sectionnés par la gentille grand-mère ou le décès que l’on qualifiera poliment de « naturel » d’une vieille commère.

Cependant, il n’y a rien de bien neuf sous le soleil anglais de Niall Johnson. Secrets de Famille n’est pas un film au suspense étouffant mais bel et bien une douce comédie noire au charme so british. Faisant fi de tout effet de surprise, Niall Johnson nous désigne immédiatement sa tueuse au cours d’une scène située 40 ans plus tôt. Une jeune femme enceinte est arrêtée après que les autorités aient découvert dans le train qu’elle occupe (moyen de transport cher à Agatha Christie) une malle d’où coule du sang. Elle leur déclare alors sans aucune difficulté que cette dernière est chargée du corps de son mari et de sa maîtresse. Elle finit bien sur en hôpital psychiatrique n’ayant à priori aucune conscience de ses actes. N’avoue-t-elle pas à la famille Goodfellow ne pas comprendre qu’il lui soit interdit de se débarrasser des gêneurs, ce qui fut l’unique point de dissonances avec ses médecins? Malgré cette habitude quelque peu funeste, les actions de la nurse sauveront la morale et les apparences. Le couple se rabibochera, la jeune fille abandonnera le sexe au profit de la cuisine, le jeune garçon reprendra du poil de la bête et se fera enfin respecter. Ouf!

Deux actrices de talent, deux générations. Maggie Smith et Kristin Scott Thomas s’imposent comme les deux têtes d’affiche d’un casting éminemment sympathique. Maggie Smith n’en est pas à son coup d’essai en terme de comédie noire. En effet, son rôle dans Un Cadavre au Dessert avait déjà marqué les esprits et les zygomatiques des spectateurs. Encore une fois très à l’aise, elle parvient à rendre attachante cette vieille dame qui ne supporte pas que l’on se mette en travers de sa route ou de celle de sa « famille ». Kristin Scott Thomas promène sa beauté glaciale devant les caméras depuis le début des années ’80 et explosera définitivement pour son rôle d’amoureuse anonyme dans Quatre Mariages et un Enterrement. Aussi à l’aise dans la comédie que dans le drame (Lune de Fiel), elle incarne ici à la perfection cette femme, qui par ennui, est tentée par une liaison extraconjugale. Rowan Atkinson, abandonne son costume de Mr Bean, pour un rôle étonnamment sobre, parsemé de touches humoristiques bienvenues. Patrick Swayze en fait des tonnes pour notre plus grand plaisir en américain promettant monts et merveilles (ici un départ définitif pour le Mexique) à ses conquêtes.

Sans en faire des tonnes et soucieux de ne pas trop choquer son public, Secrets de Famille propose un spectacle très agréable à suivre grâce à une réalisation alerte et des acteurs de talent heureux d’être là. Un vrai feel good movie à déguster à l’heure du tea time.

Bande-annonce

Fiche technique :

  • Réalisation : Niall Johnson
  • Scénario : : Richard Russo et Niall Johnson
  • Montage : Robin Sales
  • Musique : Dickon Hinchliffe
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Genre : Comédie noire
  • Durée : 102 minutes

3 thoughts on “Secrets de Famille (Keeping Mum)

  1. Celui là j’en garde un souvenir plutôt agréable, un film à l’humour grinçant pas prise de tête si l’on excepte quelques longueurs.

    1. Après la scène d’ouverture dans le train, la mise en place de la famille est effectivement quelque peu fastidieuse. Reste que le casting fait le job avec beaucoup de bonne humeur et c’est communicatif!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :