Traquée (Framed)

Traquée (Framed)

Synopsis : Paula Craig (Janis Carter) et son amant Steve Price (Barry Sullivan), banquier, ont pour projet de détourner 425.000 dollars de la banque où travaille ce dernier et de faire passer Steve pour mort. Ils jettent leur dévolu sur Mike Lambert (Glenn Ford), fraîchement débarqué en ville et ayant déjà maille à partir avec les forces de l’ordre, pour jouer le rôle du cadavre.

Critique : Richard Wallace débute sa carrière en 1925 en collaborant avec Laurel et Hardy avant de s’engager auprès de divers studios pour lesquels il dirigera Douglas Fairbanks Jr., Maureen O’Hara, John Wayne et John Glenn. En 1947, il s’attaque à l’adaptation d’une histoire signée de John Patrick (L’Emprise du Crime)  et réalise Traquée (Framed), film noir traitant principalement de la trahison et mettant en scène un plan retors.

Au casting, nous retrouvons le jeune Glenn Ford dans le rôle d’un ingénieur en mine à la recherche d’un emploi dans une ville qu’il ne connait pas. Sans un sou, il devient rapidement la cible de Paula Craig qui le prend rapidement en charge financièrement. Et le fait que Glenn ne connaisse personne permettra au couple de criminels de rendre sa disparition encore plus aisée. Glenn Ford apporte à son personnage de Mike Lambert une fraîcheur bienvenue, un optimisme sans faille, conscient de ses difficultés mais ne baissant jamais les bras quant à son projet. Entièrement sous le charme de Paula, il se laissera manipuler jusqu’à ce que la seule personne voulant lui laisser une chance de travailler sera mis en difficulté par ce plan machiavélique. Il fera alors preuve d’intelligence pour le disculper et démasquer les coupables.

Janis Carter (Les Diables de Guadalcanal) incarne à la perfection une femme forte, capable du pire pour arriver à ses fins. Véritablement amoureuse de son amant, elle semble sous l’influence directe de ce dernier qui lui laisse faire le sale boulot, à savoir trouver un homme qui devra mourir pour faire croire à sa mort. Tour à tour forte et faible, distante et amoureuse, Janis Carter joue sur plusieurs tableaux laissant le spectateur dans l’expectatif quant à ses ambitions réelles, et ce jusqu’au bout. Un rôle tout en faux semblant vraiment passionnant.

Barry Sullivan (50 ans de carrière, avec des titres tels que La Horde Sauvage, Tremblement de Terre ou La Planète des Vampires) apporte toute sa classe à son personnage d’homme dominé par son épouse, à qui il doit sa carrière, ne pensant qu’à changer de vie avec sa maîtresse. Il est cependant suffisamment lâche pour laisser cette dernière s’occuper de trouver une victime et de tuer cette dernière.

La réalisation de Richard Wallace est parfaite, enlevée et sans temps mort. Le couple formé par Janis Carter et Barry Sullivan, tout deux très justes, tisse une véritable toile d’araignée autour d’un Glenn Ford parfait dans le rôle d’un homme prêt à s’oublier pour une femme mais réagissant à bon escient lorsqu’une personne qu’il apprécie se retrouve embringué dans cette sordide affaire. Le tout agrémenté d’un zeste de suspense que n’aurait pas renié Hitchcock. Une petite perle du genre!

Edition dvd :

A l’exception d’une scène en intérieur entre les deux amants, en net retrait, la copie est propre et parfaitement contrastée. Le son est clair et sans souffle. Même la VF est de qualité.

Côté bonus, nous retrouvons les présentations de Patrick Brion et de François Guérif.

le film est à retrouver en dvd ici

Fiche Technique :

  • Réalisateur : Richard Wallace
  • Scénario : Ben Maddow
  • Montage : Richard Fantl
  • Musique : Marlin Skiles
  • Pays d’origine : Etats-Unis
  • Genre : Film Noir
  • Durée : 82 mn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :